• Réfugiés : Il faut en faire plus ! par Jan EGELAND*

    Réfugiés : Il faut en faire plus ! par Jan EGELAND*

    « Il faut en faire plus pour les réfugiés » par Jan EGELAND*

    [Note d’ASULON Europe : Ce texte expose l’ensemble des analyses que nous portons avec ASULON EUROPE depuis 10 ans. Comment ne pas se féliciter de cette proximité intellectuelle et politique ?]

    [L’Europe doit accueillir plus de déplacés et porter une plus grande assistance aux pays limitrophe des zones de crise.]

    En 2014, une personne était contrainte de fuir son foyer toutes les deux secondes. Aujourd’hui, près de 60 millions de personnes ont fui les conflits et les persécutions. L’Europe va-t-elle répondre à cette crise en construisant de grands murs, comme le gouvernement xénophobes de Hongrie l’a proposé ? Ou au contraire les pays Européens vont-ils consentir enfin à travailler ensemble pour trouver  des solutions efficaces ? De nombreux pays au sein de l’Europe forteresse sont encore relativement peu affectés. Nous sommes loin des zones de conflits ; et la Grèce et l’Italie reçoivent la plupart des réfugiés qui arrivent sur notre continent, malgré de si nombreux obstacles.

    Le débat actuel au sein de l’Union européenne concernant le partage de la responsabilité de l’accueil des réfugiés est important et nécessaire. Mas il est également très important de discuter des responsabilités internationales envers les pays moins développés qui accueillent aujourd’hui 90% des personnes déplacées. Si l’Europe décide de répondre en s’attaquant aux passeurs plutôt qu’aux causes qui contraignent des centaines de milliers de personnes à risquer leur vie pour venir sur notre continent, nous ne ferons qu’effleurer le problème. La guerre en Syrie a considérablement contribué à l’augmentation du nombre de réfugiés. La majorité des personnes traversant la Méditerranée en 2014 étaient syriennes. Toutefois, seulement 6% des réfugiés syriens ont pu demander asile en Europe. Si nous n’augmentons pas considérablement le soutien apporté aux réfugiés et aux pays qui les hébergent, beaucoup n’auront d’autre choix que de retrouver la guerre en Syrie ou de se lancer dans un périlleux voyage vers l’Europe.

     

    Les leaders européens doivent aussi et de toute urgence redoubler d’efforts et adopter une approche beaucoup plus dynamique pour faciliter le retour de la pais. L’Europe doit aussi augmenter son assistance humanitaire. Améliorer l’accès à l’éducation et donner aux gens de réels moyens de subsistance aideront à stabiliser ces pays, l’extrémisme ainsi que les dangereux voyages entrepris à travers la Méditerranée perdront de leur attrait. Les réfugiés les plus vulnérables devraient être accueillis en Europe, mais, actuellement, seule l’Allemagne offre un nombre substantiel de places pour ces personnes.

    Les dirigeants européens semblent préoccupés par une seule question : « Comment préserver ma popularité et éviter d’accueillir des réfugiés ? ». Dans les années 1990, quand la guerre a éclaté dans les Balkans, les dirigeants européens ont fait preuve d’ambition pour faciliter la médiation dans ce conflit, apporter l’assistance nécessaire dans la région et recevoir des réfugiés dans leur pays. Aujourd’hui, un tel leadership européen fait cruellement défaut. Beaucoup de responsables politiques et d’électeurs européens semblent préférer se cacher derrière de grands murs.

    Le contenu des débats que nous tenons actuellement n’est pas digne du continent qui reçut autrefois un grand nombre de réfugiés et fut à l’origine de la Convention des réfugiés. Alors que près de 60 millions de personnes sont aujourd’hui déplacées – et notamment dans le voisinage de la zone Schengen -, il est grand temps pour l’Europe de relever le défi.

    JAN EGELAND

    *Jan EGELAND a été secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l’ONU. Il dirige le Conseil norvégien pour les réfugiés.

    NDLR : Cet article a été publié dans le Journal LE MONDE - édition 21 juillet 2015. Il n'est plus en ligne et nous avons décidé - pour cette raison - de le diffuser entièrement sur Asulon Europe.


  • Commentaires

    2
    Dimanche 24 Juillet 2016 à 18:34

    Я думаю, что мы долженствований носитель, такой событие. В конце концов, Беженцы действительно нуждаются в регулярной поддержке. То, что я считаю, что мы ответственны за aussi свою судьбу.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :