• Barack Obama a été interrompu lundi, lors d'un discours prononcé à San Francisco, par un spectateur mécontent des expulsions d'immigrés clandestins, alors même que le président des États-Unis défendait sa réforme de l'immigration.

    Tandis que Barack Obama achevait son discours, dans lequel il demandait à la Chambre des représentants, majoritairement républicaine, d'approuver le projet de réforme, un jeune homme placé derrière le président démocrate s'est mis à l'interpeller. "Monsieur le président, s'il vous plait, utilisez vos décrets pour mettre fin dès maintenant à l'expulsion des 11,5 millions d'immigrés clandestins que compte ce pays", a-t-il dit. "Vous avez le pouvoir d'empêcher l'expulsion de chacun d'entre eux", a ajouté l'homme, alors que le président essayait de continuer à parler.

    "En fait, non, je ne peux pas", a répondu Barack Obama. "Si je pouvais résoudre tous ces problèmes sans faire approuver les lois par le Congrès, alors je le ferais."

    Source:

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/11/26/97001-20131126FILWWW00204-barack-obama-interpelle-sur-l-immigration.php


    votre commentaire
  • USA : "The Case for Amnesty : A forum on immigration"

     

    Régularisation des sans-papiers : Les avantages ! Le rapport publié par la Boston Review fait notamment une présentation historique de l'immigration américaine.

    http://bostonreview.net/BR34.3/ndf_immigration.php

     


    votre commentaire
  •  

    Les candidats à <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Maison-Blanche" w:st="on">la Maison-Blanche</st1:PersonName> tentent de ménager toutes les communautés. Mais, dans des États aussi reculés que l'Iowa, la question revient sans cesse comme l'une des priorités des électeurs.

    Sans les trois restaurants mexicains récemment ouverts dans la rue principale de Tama, cette bourgade rurale à l'est de l'Iowa ressemblerait à une ville fantôme. Hillary Clinton ne peut manquer de le remarquer en arrivant pour une réunion électorale dans l'un des rares cafés tenus par des Blancs. Elle prend pourtant soin d'éviter le sujet, jusqu'à ce qu'une jeune fille lui pose la question : «Je n'ai pas vu ma mère depuis dix-huit mois parce qu'elle a été renvoyée au Mexique. Moi, je suis née ici, je suis citoyenne américaine et je reste pour continuer mes études. Qu'est-ce que vous proposez pour remédier à ce type de situation ?»

    La candidate démocrate à <st1:PersonName ProductID="la Maison-Blanche" w:st="on">la Maison-Blanche</st1:PersonName> marche sur des œufs. «Je suis préoccupée par la façon dont le sujet de l'immigration est utilisé dans cette campagne, dit le sénateur de New York, un État où elle représente un melting-pot de communautés. Ce n'est plus un problème à résoudre mais une patate chaude que se repassent les candidats.» Suit un exposé alambiqué, d'où il ressort que sa priorité sera le renforcement de la frontière avec le Mexique, doublé d'une «perspective de régularisation» pour les quelque douze millions d'illégaux déjà aux États-Unis, moyennant le paiement d'une amende, l'acquittement des arriérés d'impôts et l'apprentissage de l'anglais. «Ceux qui prétendent arrêter des millions de clandestins pour les renvoyer chez eux vous mentent, car c'est irréalisable, dit Hillary Clinton. En fait, ces démagogues prolongent le statu quo, qui profite aux illégaux.»

     

    http://www.lefigaro.fr/international/2007/12/14/01003-20071214ARTFIG00008-limmigration-au-cur-de-la-campagne-americaine.php


    votre commentaire
  •  

    State of Emergency: The Third World Invasion and Conquest of America by Patrick J. Buchanan - St. Martin's, 308 pp., $24.95

    America's ongoing argument about immigration has followed a fairly consistent sequence for three decades. Each round begins with news reports about the fact that thousands of new immigrants are settling here illegally every week. These reports lead to charges that the United States has lost control of its borders and is being overrun by foreigners. Congress holds hearings. Employers say that they need foreign-born workers to fill jobs that Americans don't want and that they cannot distinguish those with fake credentials from those with genuine ones. Legal immigrants push for higher family reunification quotas, hoping to hasten the day when their grown children, parents, or siblings will get a visa.

    http://www.nybooks.com/articles/20602


    votre commentaire
  •  

    WASHINGTON, 28 juin 2007 (AFP) - Le Sénat américain a renoncé jeudi à légiférer sur l'immigration, un dossier clé de la présidence de George W. Bush qui aurait permis de régulariser quelque 12 millions de clandestins vivant aux Etats-Unis.
    Par un vote de 53 contre et 46 pour, les sénateurs ont refusé de procéder à un vote final et le projet de loi a été retiré de l'ordre du jour.
    Une majorité de 60 voix était nécessaire pour permettre la fin du débat et procéder à un vote sur le texte.
    "L'échec du Congrès à agir (sur ce dossier) est une déception", a déclaré George W. Bush après le vote du Sénat.
    "Les Américains comprennent que le statu quo est inacceptable quand il s'agit de nos lois sur l'immigration"-a-t-il ajouté.

    http://www.france24.com/france24Public/fr/nouvelles/monde/20070628-etats-unis-immigration-bush-revers-senat.html


    votre commentaire
  •  

    Le projet de loi du président américain aurait facilité la naturalisation de millions de clandestins, mais le Sénat n'a pas accordé les voix nécessaires à la promulgation. George W. Bush a subi un revers majeur dans son projet de réforme des lois sur l'immigration, le Sénat ayant refusé jeudi 28 juin de clore les débats et de promulguer son projet de loi.
    Ce texte, qui aurait facilité la naturalisation de millions d'immigrés clandestins, n'a recueilli que 46 voix sur les 60 nécessaires pour faire l'objet d'un vote définitif.
    Bush tente depuis des années de réformer les lois sur l'immigration, et ce projet est peut-être sa dernière chance de victoire parlementaire en politique intérieure avant son départ, dans un an et demi.
    Le président a subi la vive opposition de son propre camp, qui a qualifié son projet d'amnistie, peu à même d'endiguer le flot de clandestins aux Etats-Unis. <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
    <o:p> </o:p>http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20070629.OBS4247/george_bush_subit_un_reversau_senat_americain.html?idfx=RSS_notr

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique